Toutes les contributions

 

Le recueil des contributions en ligne a été ouvert entre octobre 2015 et avril 2016, pour que chacun, citoyen-ne, professionnel-le, association, institution, puisse apporter son point de vue sur le dépistage du cancer du sein
et les évolutions souhaitées. Les contributeurs pouvaient choisir de s’exprimer de façon ouverte, ou bien en sléectionnant une des thématiques proposées.
Consultez l’analyse des contributions numériques produite par le comité d’orientation de la concertation.

Je trie les contributions

Compte tenu des bénéfices et des risques liés au dépistage du cancer du sein, comment le programme national de dépistage devrait-il évoluer ?
Comment bien informer les femmes de l’intérêt et des limites du dépistage du cancer du sein, pour qu’elles décident de participer ou non, en connaissance de cause ?
Quels éléments d’information vous semblent importants pour que les femmes puissent prendre leur décision de façon éclairée ?
Comment s’assurer que le choix des femmes, de participer ou non, est entendu et respecté ?
Quels sont les champs de recherche prioritaires à investiguer pour améliorer les performances du dépistage et limiter les risques ? Et comment la prise en charge devrait-elle évoluer pour limiter le surtraitement ?
En savoir plus sur l’intérêt et les limites du dépistage

Quel est l'intérêt du dépistage si...


perplexe

Citoyen/ne • 1 nov

Quel est l'intérêt du dépistage si...

perplexe, Citoyen/ne • 1 nov

Quel est l'intérêt du dépistage si on ne fait aucune prévention à côté ? Dans 20 ans le nombre de cas de cancers du sein aura augmenté, nous aurons toujours plus de femmes malades, plus de cancers détectés et plus de traitement, qui n'auront probablement pas beaucoup évolué...Les dernières études tendent toutes à confirmer le mode de vie et les facteurs environnementaux comme facteurs de risque du cancer du sein. De 20 à 30 % des cancers (toutes localisations confondues) seraient évitables..Alors pourquoi dépenser son temps et son énergie à vouloir à tout prix détecter des cancers si rien n'est fait pour les prévenir ? Cela n'a aucun sens, je n'y vois à que des enjeux financiers. Par ailleurs l'accent est mis sur les cancers féminins mais les hommes ne sont soumis à aucun dépistage automatique ! Pourquoi ? Là encore je vois que la femme est une cible facile. En jouant sur la peur, l'atteinte à la féminité on culpabilise les femmes ne participant pas aux dépistages. On sait que les hommes ne seraient pas aussi naïfs, aussi on les laisse tranquille. Tout cela est très ennuyeux...On a l'impression que les femmes ne sont plus responsables de leur santé, ni de leurs choix, ni de leur intimité ! Rendez nous notre liberté de choisir !

avant-après


BETHENCOURT C

Citoyen/ne • 29 oct

avant-après

BETHENCOURT C, Citoyen/ne • 29 oct

je suis atteinte d'un cancer des seins, découvert par hasard lors d'une consultation pour mes traitements d'allergie, et à ma demande (c'est arrivé à la femme d'un collègue de mon mari, elle avait 43 ans-c'est ce qui m'a marqué et c'est pourquoi j'ai parlé de la mammo).
je vais avoir 47 ans au mois de novembre 2015 et on m'a fait passer une mammo en mai 2015 et si je n'avais pas demandé un examen je ne saurai toujours rien : pour mon médecin, la mammo c'est 50 ans : j'ai toujours dit à celui-ci que ma gd-mère et la soeur de ma gd-mère en avait eu un : la mammo c'est 50 ans! je trouve bien dommage que l'on mette des barrières : avant 50 ans : pas de cancer - après 74 ans plus de cancer : est-ce qu'on est protégé avant et après???on fait abstraction de tout ce qui peut arriver avant et après, je l'ai appris à mes dépends : chimiothérapie, chirurgie, radiothérapie et hormonothérapie avec tous les effets secondaires liés à ces traitements.
j'enrage de voir ces raisonnements
c'est peut être pour cette raison que nous avons un taux élevé de mortalité dû au cancer dans notre pays
le dépistage c'est bien mais pour tout le monde - c'est un peu utopiste, ça coûterait trop cher à la sécu

mieux informer


vero

Citoyen/ne • 27 oct

mieux informer

vero, Citoyen/ne • 27 oct

Bonjour,
Serait il possible d'avoir les coordonnées des endroits et professionnels des soins locaux, lors du passage de la mammographie, par exemple?
Car la recherche et l'organisation à mettre en place pour se soigner est très stressante!

Dépistage tardif ?...


Jo

Citoyen/ne • 26 oct

Dépistage tardif ?...

Jo, Citoyen/ne • 26 oct

Je ne suis pas touchée à ce jour par le cancer du sein, et j'ai toujours participé aux dépistages qui m'étaient proposés. Mon gynécologue l'a fait depuis mes 40 ans...
Officiellement le dépistage n'est pas proposé avant 50 ans. Or beaucoup de mes amies ont été touchées avant cet âge..On nous parle de seins trop denses, de coût pour la sécurité sociale... Mais c'est un constat que des femmes sont touchées jeunes par des cancers agressifs. Que faire ? Abaisser l'âge ? Améliorer les outils ? Élargir le nombre de femmes à qui le dépistage est proposé avant 50 ans ?...

Avons nous assez de recul ? Souvenons...


Thorotrast

Citoyen/ne • 20 oct

Avons nous assez de recul ? Souvenons nous de ....

Thorotrast, Citoyen/ne • 20 oct

Avons nous assez de recul concernant l'innocuité des mammographies ? Ce qui est soit disant sûr maintenant le sera-t-il encore dans quelques années ? Souvenons nous du thorotrast , produit de contraste utilisé dans les années 30 et 40 au cours de la réalisation de radiographies standards. Nul doute qu'à l'époque radiologues et médecins ont assuré les patients du non danger du produit...Pourtant il a été interdit dans les années 50 lorsque des médecins se sont aperçu que le produit s'accumulait dans le foie - même après un seul cliché, et ceci pendant plus de 20 ans; Le produit a été alors classé hautement cancérogène et interdit d'utilisation. Les malheureux qui ont subi des clichés à cette époque ont un risque de cancer 20 à 30 fois supérieurs aux autres individus...et les dits cancers apparaissent 20 à 30 ans après l'exposition...

Le dépistage sanguin ?


claude terroir

Citoyen/ne • 19 oct

Le dépistage sanguin ?

claude terroir, Citoyen/ne • 19 oct

Bonjour
J'ai eu le test de dépistage en septembre 2013 et le cancer diagnostiqué HER ++ en juin 2014 , rien n'a été détecté , ne serait-il pas envisageable de compléter cet examen par une recherche de marqueur ?

Prévenir plutôt que guérir


Cannelle 3359

Professionnel • 19 oct

Prévenir plutôt que guérir

Cannelle 3359, Professionnel • 19 oct

Bonjour, ma grand-mere a déclaré un cancer du sein il y a presque une année. Apres quelques ponctions, sa tumeur est devenue bien délimitée: mardi-ci, nous allons faire l'exérese de cette masse qui commence à la gener, qui plus est. Le comble est que sa belle-fille, agée de 70 ans, est décédée en juin dernier d'un cancer pulmonaire foidroyant. Ma grand-mere, elle, pense que "tout est dans la tete." Y compris son cancer.???

Et chez l'homme


jacques

Citoyen/ne • 17 oct

Et chez l'homme

jacques, Citoyen/ne • 17 oct

Bonjour, pourquoi ne pas parler aussi que le cancer du sein touche aussi les hommes. Je n'ai pas consulté rapidement car je ne pensais pas que je pouvais en être atteint et donc détection plus tardive. Une information sur ce sujet serait peut être utile.

Disparité mondiale...intérêt de la prévention primaire


Perplexe

Citoyen/ne • 16 oct

Disparité mondiale...intérêt de la prévention primaire

Perplexe, Citoyen/ne • 16 oct

Bonjour, je m'interroge sur l'étrange répartition des cancers du sein dans le monde et en vient à douter de l'intérêt du dépistage organisé au profit de la prévention primaire. POURQUOI le cancer du sein est il jusqu'à 5 fois moins fréquent dans certains pays asiatiques ou en Inde par exemple ? Au lieu de penser que le cancer du sein est un fléau moderne quasi inévitable je pense qu'on devrait se poser les vrais questions et comprendre pourquoi certains pays sont plus touchés que d'autres. Sachant que ceci n'a rien à voir avec les origines ethniques car les asiatiques vivant aux USA ont les mêmes risques que les occidentaux. Si on essayait de comprendre ce qui dans le mode de vie de ces pays protège du cancer on en préviendrait sûrement beaucoup au lieu de dépenser de l'argent à vouloir détecter le cancer à son stade soit disant débutant, utilisant ainsi beaucoup d'argent qui pourrait aller au traitement des malades. Dépistage oui, systématique, pas forcément ,et surtout inutile s'il n'est pas associé à la prévention.... Détecter c'est bien mais empêcher c'est mieux !

Limite d'âge des mamographies


EUCLIDIA

Citoyen/ne • 15 oct

Limite d'âge des mamographies

EUCLIDIA, Citoyen/ne • 15 oct

Bonjour,
On voit partout que les femmes de 50 à 74 ans doivent se faire dépister tous les 2 ans.
Mon médecin me parle de commencer à se faire contrôler après 40 ans, chose que j'ai faite.
Ne pensez-vous pas qu'il faudrait aussi en parler dans les médias car des femmes de moins de 40 ans ont des cancers du sein et elles laissent derrière elles, souvent de jeunes enfants et de maris éplorés ! Merci de m'avoir lue.

interet du depistage


guillot

Professionnel • 15 oct

interet du depistage

guillot, Professionnel • 15 oct

Le dépistage organisé ne devrait pas être basé sur un examen complémentaire.
Il faudrait informer les femmes dépistées que la mammographie ne dépiste pas tout les cancer du sein.
En tant que gynécologue médical nous dépistons depuis toujours le cancer du sein chez toutes les femmes qui viennent nous consulter, quel que soit leur âge, en tenant compte du risque personnel et familial. Nous adapterons notre dépistage en fonction de cet age et de ce risque.
Nous le faisons tous les ans et depuis toujours nous demandions chez les femmes à risque dit normal, une mammographie complémentaire tous les deux ans.
Combien de femmes sont-elles dépistées en plus de ce dépistage personnel depuis que le dépistage organisé est installé ? Car, bien souvent, nous avons l'impression que ses femmes ne viennent plus nous consulter et que de ce fait certains diagnostics sont faits plus tardivement puisque nous les examinions tous les ans.
Cette consultation annuelle chez le gynécologue médical permettait le diagnostic d'autres cancers comme l'endomètre, la vulve ou les ovaires à des stades également plus précoces.
De plus, ce dépistage entre dans le cadre d'un rapport personnel adapté beaucoup moins source de stress et angoisses que le dépistage organisé. Et nous connaissons ses femmes depuis très longtemps.
Le cancer du sein est toujours traité comme s'il s'agissait d'une cellule qui deviendrait cancéreuse et se multiplierait progressivement… Hors je pense que la réalité est très différente… Assez souvent on a l'impression que des cellules placées dans le même sein ou dans les deux seins se met à proliférer simultanément suite à un signal ou une programmation inconnue. De ce fait les tumeurs dépistées font plusieurs centimètres d'emblée. Le dépistage clinique annuel permet un dépistage plus précoce.
Le dépistage organisé devrait donc être refait par des cliniciens compétents (en France il y a des gynécologues médicaux bien formés) il devrait être annuel et adapté en fonction des risques à chaque femme.
Certaines femmes ne se font plus dépistées uniquement parce que la mammographie est douloureuse… Elle bénéficierait alors d'un examen clinique et de conseils spécialisés.
D'ailleurs aux États-Unis où la gynécologie médicale n'existe pas le dépistage organisé n'a pas montré de bénéfice en terme de mortalité sur plus de 10 ans.

dépistage précoce


VINCENT

Professionnel • 15 oct

dépistage précoce

VINCENT, Professionnel • 15 oct

IDE en cancéro depuis 10 ans j'ai été en contact avec différents types de femme ayant cette pathologie qui reste malheureusement encore à ce jour mortelle .
Dur de voir qu'à ce jour nous rencontrons des femmes de plus en plus jeunes 35 - 45 ans se présenter avec un cancer du sein associé à des métas osseuses et que l'on accompagne jusqu'à leur décès alors qu'elles n'avaient aucun symptôme avant la détection par mammo . Dur de voir ces femmes dans la détresse de devoir préparer leurs enfants souvent très jeunes (6-10 ans) à leur séparation définitive "juste" pour un cancer du sein précoce qui n'a pu être détecté à "temps" car "pas dans les âges de la détection nationale".
heureusement aussi nous voyons des femmes qui ,"grâce" à la prévention nationale , vont pouvoir se sortir de cette parenthèse de vie qu'induit la prise en charge thérapeutique de cette pathologie lourde dans son aspect psychologique , familiale, couple , social mais aussi professionnel .
J'admire encore ces femmes qui reviennent pour nous dire que tout va bien après "cette parenthèse" , j'admire ces familles qui reviennent nous dire merci de la prise en charge de leur épouse , soeur ou mère après leur décès... j'admire ces femmes qui ont osées faire le test de la mammo préventive qui leur sauve la vie . Alors oui parfois la prévention est de "trop" mais tant qu'on verra ces femmes mourrir de ce cancer dépisté "trop" tard je pense qu'il faut continuer ce combat " pour la vie" et donc de prévention . merci

une autre attitude


Salome

Citoyen/ne • 14 oct

une autre attitude

Salome, Citoyen/ne • 14 oct

Choix personnel je refuse le depistage....j ai 50 ans et mon corps m appaftient...j ai vu l etat de ma mere apres sa reconstruction....cela choquera sans doute le corps medical mais survivre ainsi ne m interesse pas......en plus je reste persuadee qu elle aurait pu vivre sans cette ablation....choix personnel que j assume entkerement et ne regarde que moi

depistage du cancer du sein: medecins et...


les chirurgiens de l espoir

Association • 14 oct

depistage du cancer du sein: medecins et patientes qui decide

les chirurgiens de l espoir, Association • 14 oct

le cancer du sein est le premier cancer chez la femme et la première cause de mortalité par cancer. au Gabon le cancer de sein est une fatalité et il s est rajeuni au cours du dernier septennat ce en partie lié à une politique de dépistage massif grâce au côtoiement des politiques et des médecins dans ce domaine.
23%des jeunes filles sont atteintes de cancer mais la lenteur du diagnostic est liée au marathon medical tres long du fait d une gymnastique entre gynecologues speciatites et medecins generalistes a competence gynecologique qui souvent omettent d insister sur l intérêt d un dépistage précoce par l autopalpation mammaire et les examens conventionnels :l échographie couplée à la mammographie.
les pratiques sexuelles et le besoin d un gigantisme mammaire pour ne pas dire gynecomastie laissent souvent ces femmes perplexes et heureuses de leurs atouts sexuels mais très souvent surprises lorsque le neologisme cancer viens raisonner devant le diagnostic d une" peau d orange" ou de macro kystes ou de ganglion sentinel.le drame de ces jeunes filles n est plus tant la fin d une vie ou le commencement de la fin mais elles s inquientent plus des méfaits cicatriciels liés à une double mastectomie préventive a la "angelina jolie" ou la mastectomie selon patey qui va meurtrir leur univers conjugal en les transformant en un purgatoire carcéral.
nous voulons amener à une prise de conscience collective et mesurée des risques d un dépistage tardif de ces boko harams silencieux

Le dépistage du Cancer du sein


FleurDuNord

Citoyen/ne • 13 oct

Le dépistage du Cancer du sein

FleurDuNord, Citoyen/ne • 13 oct

Le dépistage du cancer du sein est très important et doit rester prévu tout les 2 ans pour les 50/74 ans, voir même un peu avant 50 ans pour les cas à risque !!

Dépistage cancer uterus


Isalys69

Citoyen/ne • 13 oct

Dépistage cancer uterus

Isalys69, Citoyen/ne • 13 oct

À partir de 30 ans une surveillance gynécologique devrait être obligatoire pour éviter de Lourdes interventions sur un papilloma virus qui se transforme en carcinome

Âge dépistage


alassia

Citoyen/ne • 12 oct

Âge dépistage

alassia, Citoyen/ne • 12 oct

50 ans, c'est tard. J'ai vu beaucoup de jeunes femmes dans les salles d'attente .

La mammo oui mais pas pour toutes


Laura

Citoyen/ne • 12 oct

La mammo oui mais pas pour toutes

Laura, Citoyen/ne • 12 oct

En France une femme a un risque moyen de 1 sur 8 soit 12,5 % d'avoir un cancer du sein dans sa vie. Cela veut dire qu'on voudrait faire passer des mammos de dépistage à 87,5% de femmes qui n'auraient jamais de cancer de leur vie ! Ce risque est une moyenne mais chaque individu est différent. Une porteuse de la mutation BRCA 1 ou 2 aura un risque beaucoup plus élevé approchant les 80% parfois. Une grosse fumeuse, une femme avec antécédents familiaux ,une femme en surpoids ou consommant de l'alcool aura un risque plus élevé qu'une femme sans antécédent ni autre facteur de risque connu. Donc c'est aux femmes de décider en fonction de leur histoire quoi faire. Sous prétexte de sauver quelques centaines de vie on ne peut prendre le risque de provoquer deux ou trois cancers radio induits (ne serait ce qu'un seul). La médecine est faite pour soigner et sauver des vies, pas le contraire. Il est inadmissible de proposer systématiquement des mammos alors que les rayons X et gamma sont officiellement classés comme cancérigènes; Lors de mammos répétées les rads s'accumulent dans les tissus....certes une mammo ne vous tuera pas mais quid de mammos effectuées pendant 15 ou 20 ans ? Si le risque d'avoir un cancer du sein était de 50% dans la population générale je pense que la balance pèserait en faveur des bénéfices pour les mammos....Mais on est loin de là. Toutes les études récentes mettant en avant les cancers radios induits sont passées sous silence. Où est la démocratie ?

interet d'un depistage precoce par rapport a...


julia

Citoyen/ne • 11 oct

interet d'un depistage precoce par rapport a un depistage tardif

julia, Citoyen/ne • 11 oct

1999 ma mere est décédée d'un cancer du sein métastasé découvert très tardivement traité par herceptine et chimio pendant 2 ans auparavant ;elle était plutôt suivie mais c'était il y a 16 ans. Dramatique..
2014 Suite a des écoulements intermittents monoporique et sensation d'une mini pierre au quadrant externe du sein on m'a découvert un nodule de 8mm a l'irm qui a été biopsié et qui s'est révélé être précancéreux c'était des atypies. Ce qui a eu pour incidence une mammectomie partielle 4cm /3 ôté et mammoplastie c 'est bon on s'en remet.
Que pensez du dépistage précoce ?le chirurgien m'a dit qu'il se préparait certainement un beau cancer au vu des antécédents et a été incisif. Est ce que ce precancer devenait forcement un cancer? Personne le saura..
Je pense qu 'on a fait des gros progrès en matière de diagnostique et cela est plus que positif par contre il faut tomber sur un bon sénologue ; Cependant le conseil que je donnerai au femmes c'est de se surveiller cliniquement par autopalpation que ce soit a tout age toute classe sociale confondue sans être pour autant très préoccupée. Je n'aime pas aller chez les docteurs . Personnellement c'est des modifications cliniques qui m'ont amené a consulter...

quid de l'autopalpation?


caro

Professionnel • 8 oct

quid de l'autopalpation?

caro, Professionnel • 8 oct

jusqu'à présent, je formais mes patientes à l'autopalpation, mais lors de ma dernière formation continue, on m'a expliqué que l'autopalpation pouvait provoquer plus de stress et de surdiagnostic.... alors stop à l'autopalpation? pourtant certaines patientes découvrent leur cancer de cette façon.... Que faire?