Toutes les contributions

 

Le recueil des contributions en ligne a été ouvert entre octobre 2015 et avril 2016, pour que chacun, citoyen-ne, professionnel-le, association, institution, puisse apporter son point de vue sur le dépistage du cancer du sein
et les évolutions souhaitées. Les contributeurs pouvaient choisir de s’exprimer de façon ouverte, ou bien en sléectionnant une des thématiques proposées.
Consultez l’analyse des contributions numériques produite par le comité d’orientation de la concertation.

Je trie les contributions

j'ai fait dépistée suivi génial tout va...


lulu

Citoyen/ne • 19 oct

j'ai fait dépistée suivi génial tout va...

lulu, Citoyen/ne • 19 oct

j'ai fait dépistée suivi génial tout va bien

de la récupération de la misère humaine...


Octobre, tu es si Noir!

Citoyen/ne • 19 oct

de la récupération de la misère humaine par la grande con-sommation!

Octobre, tu es si Noir!, Citoyen/ne • 19 oct

... Octobre !
comme tu es noir
très noir
avec ton déballage de publicités, de marques exploiteuses et récupératrices de la misère humaine!

Octobre, tu ne seras jamais que Noir!

Oui au dépistage


annbl

Professionnel • 19 oct

Oui au dépistage

annbl, Professionnel • 19 oct

Sauver des vies et éviter des mutilations et des traitement très lourds restent l'objectif de tous les professionneles de santé. En tant professionnelle de santé mais aussi en tant que femme et citoyenne, je suis très favorable au maintien du dépistage systématique du cancer du sein par la mammographie et l'échographie. Il est vrai que la mammographie est un examen douloureux et qu'il ne détecte pas toutes les tumeurs (notamment pour les seins ayant une forte densité) mais le bénéfice est réel. Il faudrait également insister sur l'autopalaption des seins avec le rôle essentiel des gynécologues.

Âgé du depistage


Vivi

Professionnel • 19 oct

Âgé du depistage

Vivi, Professionnel • 19 oct

Bonjour
Je suis médecin et atteinte d'un cancer du sein à 33 ans.
Après discussion avec les radiologues, chirurgiens, autres médecins, il semble que les mammographies avant 40 ans ne devraient être effectuées sur sur point d'appel.
Après 40 ans, la glande mammaire étant oins radio sensible, il pourrait être proposé de façon systématique aux femmes ayant des antécédents familiaux de cancer sein/ovaire ( sans preuve génétique) un depistage tous les 1 à 2 ans (?) afin de les prendre en charge plus tôt.
Ceci est à confronter aux données de la littérature bien évidemment....
Bien cordialement

Parler de Tous les cancers


Mouna

Citoyen/ne • 18 oct

Parler de Tous les cancers

Mouna, Citoyen/ne • 18 oct

C'est important de lutter contre les cancers du sein et d'alerter pour les iradier .
Mais d'autres cancers nous détruisent et on se sent vraiment seule pour se battre et le vaincre.....3 ans de luttes et un peu isolée ....dur de garder espoir .

Pas de limite d'âge pour un dépistage...


Petiteflo

Citoyen/ne • 18 oct

Pas de limite d'âge pour un dépistage régulier et une information vulgarisée pour être comprise de tous

Petiteflo, Citoyen/ne • 18 oct

J'entends de plus en plus de femmes de moins de 50 ans dire qu'elles ont eu un cancer du sein ou son traitées pour un cancer du sein. Trop souvent on entend parler d'un suivi à partir de la cinquantaine avec un dépistage tous les deux ans. C'est insuffisant. Il faut un suivi annuel pour toutes les femmes au même titre qu'une visite chez un gynécologue. Nous avons tous à y gagner. Les patientes seront mieux suivies et prisent en charge à la moindre anomalie détectée, la sécurité sociale également aura tout à y gagner avec des traitements moins lourds et coûteux à rembourser. Je trouve aussi qu'il est important d'être acteur à tous les niveaux dans le combat face à la maladie. Notre corps nous appartient et souvent en tant que malade on s'en voit déposséder par le corps médical et par son entourage comme si nous ne pouvons plus être en mesure de faire le moindre choix rationnel. La façon dont on aborde son corps touche à l'intimité et on oublie trop souvent cet aspect. Les professionnels de la santé oublient que les gens ne sont pas des "cas" ou des "dossiers" ni des paquets qu'on s'échange d'un service à l'autre; savoir écouter le patient, vulgariser ses propos pour les rendre compréhensibles, c'est faire le chemin ensemble. Merci de ne pas nous infantiliser. L'information, la communication doit être permanente autant que l'écoute. Ca commence chez le généraliste, le gynécologue et doit continuer chez tout autre professionnel de la santé qui nous accompagnent.

Avis sur le dépistage


RoxGu

Professionnel • 18 oct

Avis sur le dépistage

RoxGu, Professionnel • 18 oct

Je suis médecin généraliste à Nice en centre ville depuis 3 ans et je n'ai encore jamais rencontré de femme qui était contre le dépistage du cancer du sein. Par contre j'ai déjà rencontré des patientes qui en toute connaissance de cause de leur tumeur ont refusé le traitement, ou l'ensemble du traitement proposé par les oncologues.
Pour ma par il me semble important de garder le dépistage par mammographie en expliquant aux patientes son intérêt, les attentes et les limites.
Si il y a sur-diagnostic n'est ce pas au professionnel de santé de poser la limite au traitement et non à la patiente qui elle n'est pas médecin, par contre cela me semble justifier que la patiente sache.
Quand on parle sur-diagnostic ne parle-t-on pas d'une population âgée ? si c'est le cas le dépistage s'arrête à 75 ans, il me semble que après cet âge là, c'est aux médecins qui prescrit la mammographie de faire du cas par cas en fonction de la patiente.
Pour ce qui concerne les patientes avant 50 ans, l'information au près des patientes en ce qui concerne les risques génétiques n'est pas assez claire et expliquée.
Je pense aussi que pour les femmes jeunes une information sur l'auto palpation et une palpation par un médecin généraliste ou gynécologue annualisée pourrait éviter des retards de diagnostic.

Cancer du sein : les hommes aussi


Claudine

Citoyen/ne • 18 oct

Cancer du sein : les hommes aussi

Claudine, Citoyen/ne • 18 oct

C'est très bien de dépister les femmes, mais ne pas oublier que les hommes aussi peuvent le développer !!! Et il est plus mortel car moins vite découvert............. je parle en connaissance de cause

Épreuve de la mammographie


Milea

Citoyen/ne • 18 oct

Épreuve de la mammographie

Milea, Citoyen/ne • 18 oct

Bonjour, comme beaucoup de femmes aux seins lourds j'imagine, la mammographie est une véritable épreuve car c'est douloureux. De plus, pour la même raison évoquée, elle est systématiquement doublée d'une échographie. N'y aurait il pas la possibilité de mettre au point un examen moins douloureux ou bien au moins faire directement l'échographie (indolore elle!) puisqu'on va de toute façon la faire pour certaines personnes (comme moi) ?

orientation


RITA

Citoyen/ne • 17 oct

orientation

RITA, Citoyen/ne • 17 oct

suite à une mammographie je découvre un nodule et la je suis stressée et angoissée tout en sachant que je vis en France en situation irrégulière et mon AME ne se renouvelle pas systématiquement . Svp aider moi à me soigner, j appréhende le Cancer.

mamographie


RITA

Citoyen/ne • 17 oct

mamographie

RITA, Citoyen/ne • 17 oct

cette méthode de dépistage qui est la mammographie est très douloureuse et appréhendé les femmes a la refaire. angoissante surtout que comme résultat o découvre un nodule.

mammographie


klodie56

Citoyen/ne • 17 oct

mammographie

klodie56, Citoyen/ne • 17 oct

Je déteste cet examen qui m'aplatit le sein et fait horriblement mal,... A quand une autre technique de dépistage moins douloureuse , je recule toujours le moment et prend le RV a la date limite du courrier de prévention que je reçois tellement ça me fait mal, une fois j'ai même failli tomber dans les pommes, et ce d'autant qu'a chaque fois, en prime on me fait des échographies,...
Alors pourquoi ne pas pratiquer l'échographie en premier, et si besoin la mammo, après ??

Dépistage chez les jeunes femmes


SIHAME H

Citoyen/ne • 17 oct

Dépistage chez les jeunes femmes

SIHAME H, Citoyen/ne • 17 oct

Un point essentiel pour moi: à défaut de dépister les jeunes femmes (j'ai eu mon cs de grade 3 à 37 ans, sans antécédents et découvert par hasard!!), celles qui n'ont pas d'antécédents familiaux par ex. la prévention prime et l'information sur des possibles risques de cs doit être fournie par le médecin généraliste ou le gynécologue. Par ex. on sait qu'il existe des facteurs de risques: surpoids, règles précoces, grossesse "tardive"...Pour ces femmes préalablement identifiées, une mammo de précaution en DI devrait être proposée!
Ce qui me gêne avec la campagne du DO, c'est le relais de cette même rengaine entre "50 et 74 ans" qui donne l'impression, sans doute inconsciente, que ça ne concerne que les femmes d'âges mûr. Or toutes les études le montrent: de plus en plus de jeunes femmes sont touchées par le cancer du sein sachant que chez celles-ci, les pronostics sont souvent défavorables et les traitements très lourds: une chimiothérapie par ex qui certes peut sauver une vie mais peut aussi la "bousiller": risque d'une qualité de vie en berne, ménopause précoce, vie socioprofessionnelle altérée, etc. Les associations de patients surtout celles de proximité, celles qui connaissent le mieux nos préoccupations, sont un soutien précieux dans la transmission d'une information juste et éclairée. Plus que jamais, ce sont elles que nous toutes et tous devons soutenir. Elles en ont besoin!
A bon entendeur!
Reine de Paris

Il faut continuer les dépistages gratuit!


xandra76

Citoyen/ne • 16 oct

Il faut continuer les dépistages gratuit!

xandra76, Citoyen/ne • 16 oct

Bonjour,

Je suis étudiante infirmière. J'ai eu un cours ce matin sur le cancer du sein et ensuite un médecin du dépistage Gard/Lozère est venu nous parler des différents dépistages du cancer.

Il est très important de continuer à dépister gratuitement les cancers. Tout simplement parce qu'aujourd'hui, on détecte les cancers de plus en plus tôt et de ce fait la prise en charge est plus précoce donc les chances de guérisons sont plus grandes! Il ne faut surtout pas reculer, beaucoup de gens ne se font pas dépister probablement par peur du résultat, certains disent à force de chercher on va finir par trouver quelque chose, ces personnes se voilent la face! Allez vous faire dépister ça ne vous coûte rien et ça peut vous sauvez la vie !

De plus ils se rendent compte que les populations qui se font le moins dépister se sont les personnes socialement élevées et les plus basses. Les premiers se font suivre personnellement mais ce qu'ils ne savent pas c'est qu'avec le dépistage gratuit il y a une double analyse de leur mammographie, c'est à dire, 1ère analyse par leur radiologue puis une seconde lecture des clichés par le radiologue du dépistage gratuit, intéressant non ? Quand aux familles les moins aisées c'est probablement un manque d'informations, de connaissances.

Donc nous le répéterons jamais suffisamment allez vous faire dépister et surtout Madame Touraine ne nous enlevée pas ce dépistage. Le gouvernement actuel s'est beaucoup de restriction ne touchez pas à notre santé!

Prise en charge des filles DES


lulu75

Citoyen/ne • 16 oct

Prise en charge des filles DES

lulu75, Citoyen/ne • 16 oct

Bonjour,
Est ce que cette prise en charge est prévue pour les enfants distilbène? en effet, vous indiquez "prise en charge à 100% des examens de dépistage pour les femmes les plus exposées" sans que soit précisé, à ma connaissance, comment sont définies "ces femmes les plus exposées". En effet depuis plus de 15 ans, frottis, mammographie et échographie mammaires sont à réaliser annuellement pour un contrôle rapproché dans le cas d'antécédent DES et seraient donc à priori à inclure dans le contingent des femmes concernées. Toutes les femmes DES ne bénéficient pas forcément d"une mutuelle; le prix de ces examens est loin d'être négligeable et peut être difficile à supporter pour celles qui ne bénéficient pas de ressources suffisantes

Dépistage plus précoce


Poupy

Citoyen/ne • 16 oct

Dépistage plus précoce

Poupy, Citoyen/ne • 16 oct

Un dépistage plus précoce est plus ciblé pour les personnes descendantes de malades, une information plus explicite quand aux risques de contracter ce cancer. Une création de suivi pour les jeunes affin de dépister cette maladie le plus tôt possible et donner une chance de guérison a chacun.

agrandir le dépistage


soleil66

Citoyen/ne • 16 oct

agrandir le dépistage

soleil66, Citoyen/ne • 16 oct

je pense qu'il serait préférable d 'ouvrir le dépistage du cancer du sein dès l 'age de 40 ans.
ayant travaillé dans une asso de dépistage jai vu passé bon nombre de dossier positif de femme bien avant leur 50 ans. nous vivvons a une epoque où le cancer du sein nous touche de plus en plus tot il faut en tenir compte.
tout comme il serait bon d avoir de plus en plus de mammomobile pour les gens ne pouvant pas se déplacer dans les cabinet de radio... une façon de toucher le plus grand nombre meme les personnes isolées

Dépister avant 50 ans


Isa

Citoyen/ne • 15 oct

Dépister avant 50 ans

Isa, Citoyen/ne • 15 oct

J'ai fait cette année de mes 50 ans mon 1er dépistage organisé. Il y a quelque chose au sein gauche... On doit vérifier dans 3 mois puisque, sans clichés précédents, il faut attendre et constater (ou non, j'espère) si ça évolue. On aurait pu me proposer l'examen à 45 ans, et si jamais ce quelque chose est un cancer, on aurait gagné de le soigner plus tôt. Il faut avancer ce dépistage qui est par ailleurs très bien organisé et bénéficie du 2e avis de l'association Vivre que j'ai trouvé très pertinent.

Dépistages


Geneviève

Citoyen/ne • 15 oct

Dépistages

Geneviève, Citoyen/ne • 15 oct

Sensibilisée aux dépistages en raison des antécédents dans ma famille, je pense qu'il est très important de maintenir les dispositifs actuels pour le dépistage des cancers du colon et du sein.
J'espère vivement que ces dispositifs seront maintenus car il me semble plus important de prévenir et dépister pour éviter des traitements plus lourds et plus coûteux.

Un dépistage plus systématique, plus jeune ?


Alix

Citoyen/ne • 15 oct

Un dépistage plus systématique, plus jeune ?

Alix, Citoyen/ne • 15 oct

j'imagine que cela coute cher, mais ne pourrait-on pas systématiser les dépistages du cancer du sein plus tôt, meme chez les femmes non identifiées comme "à haut risque" ?