Toutes les contributions

 

Le recueil des contributions en ligne a été ouvert entre octobre 2015 et avril 2016, pour que chacun, citoyen-ne, professionnel-le, association, institution, puisse apporter son point de vue sur le dépistage du cancer du sein
et les évolutions souhaitées. Les contributeurs pouvaient choisir de s’exprimer de façon ouverte, ou bien en sléectionnant une des thématiques proposées.
Consultez l’analyse des contributions numériques produite par le comité d’orientation de la concertation.

Je trie les contributions

dépistage cancer du sein


Bernadette RINDER

Citoyen/ne • 3 fév

dépistage cancer du sein

Bernadette RINDER, Citoyen/ne • 3 fév

Le dépistage systématique est très bien et fortement conseillé. Pourquoi ne pas le faire plus tôt chez les femmes à risque? Je connais beaucoup de femmes qui ne vont pas au dépistage car elles ont peur, comment faire pour les comprendre que c'est une nécessité?Peut-on avoir avoir notre convocation un petit document expliquant l'examen? Surtout ne jamais arrêter ce mode de dépistage mais donnons nous les moyens de l'améliorer.

Améliorons le dépistage


annie vidal paletti

Citoyen/ne • 2 fév

Améliorons le dépistage

annie vidal paletti, Citoyen/ne • 2 fév

Ceci est ma contribution de femme participant au dépistage organisé depuis mes 50 ans mais également de professionnelle de santé et de membre d une association . Voici mon humble avis .
inviter les femmes de 45 ans à faire une mammographie de référence avant de commencer le dépistage organisé à 50 ans .
Travailler en collaboration avec les pôles santé des villes ou agglos afin de toucher au plus près les femmes éloignées ( géographiquement , socialement ,) afin d évaluer leurs besoins mais aussi leurs freins pour pouvoir les aider à participer au dépistage organisé .
Même si le pourcentage souhaité en participation n 'est pas atteint , il reste indispensable . C est un outil de prévention reste aux professionnels de le faire évoluer et non de le supprimer .
Je terminerai en soulignant que pour ma part les campagnes à charges de plus en plus présentes mettent d une certaine façon les femmes en danger car à ce jour personne ne peut dire avec certitude si une anomalie si petite soit elle, dépistée, va évoluer ou pas et de quelle façon .
Je suis pour le dépistage organisé et espère que ma contribution sera prise en considération

Pour un dépistage avant 50 ans


Laeti

Citoyen/ne • 1 fév

Pour un dépistage avant 50 ans

Laeti, Citoyen/ne • 1 fév

Bonjour,
Voici mon histoire ...
Un samedi matin de septembre 2015, j'ai ressenti une douleur intense à la poitrine ..
Je me suis levée et suis allée dans la salle de bains ... Je me suis palpée et je l'ai senti ... il était là, logé dans mon sein gauche ... Je pensais qu'il mesurait plus de 2 à 3cms ... J'ai contacté mon médecin généraliste qui a pu me recevoir dans la matinée et qui n'a fait que constaté sa présence. Elle m'a donc prescrit tous les examens nécessaires (mammo, echo). J'ai donc pris contact avec le cabinet de radiologie le lundi matin. Un RDV m'a été proposé le lendemain matin ... Et là, tout s'est enchaîné... Une semaine après, les résultats sont tombés. Par chance, cancer débutant , tumeur de 9mm et aucun ganglion atteint. RDV avec le chirurgien, opération fin septembre et actuellement en chimiothérapie. S'ensuivront des rayons. J'ai fêté mes 40 ans en décembre 2015. Je n'étais pas considérée comme une personne à risque ... Pourtant, ma grand-mère a un cancer du sein à 54 ans ... J'ai 3 soeurs ... Vu ce qui m'arrive, toutes ont contacté leur gynéco pour faire une mammo ..
Je pense qu'il est important, à partir du moment où il y a un cancer du sein dans la famille, de faire un dépistage dès 35 ans et tous les 2 ou 3 ans ensuite ... Cela éviterait bien des surprises ... comme la mienne !!!
Merci.

Dépistage Cancer du Sein


Dinner Marie-Caroline

Citoyen/ne • 26 jan

Dépistage Cancer du Sein

Dinner Marie-Caroline, Citoyen/ne • 26 jan

Organisation et prise en charge correcte.
A noter qu'il faut régler 50% de l'échographie, ce qui n'est à aucun moment précisé dans le parcours. Tout le monde n'a peut être pas les moyens de cette somme.
D'autre part, il est dommage que nous n'ayons pas un compte rendu (même synthétique) de ce dépistage.

Mon cancer à été dépiste grâce à...


Françoise

Citoyen/ne • 26 jan

Mon cancer à été dépiste grâce à...

Françoise, Citoyen/ne • 26 jan

Mon cancer à été dépiste grâce à une mammographie de contrôle je vous encourage fortement à faire comme moi car je n'avais aucun symptômes

Mme A.

Liberte


Isabelle

Professionnel • 23 jan

Liberte

Isabelle, Professionnel • 23 jan

Chacun fait parler les chiffres comme il le souhaite. L'institut Cochrane (31000 experts au niveau international avec siège à l'OMS) précise très clairement que le dépistage ne réduit aucunement la mortalité. D'une émission à une autre, d'un article à un autre, les chiffres diffèrent totalement. Aussi, plutôt que de culpabiliser les femmes pour des raison financières que beaucoup de nos confrères n'osent évoquer, laissons les libres à tout âge de réaliser ou non des mammographies, avec un remboursement intégral pour une accessibilité à tous.

Cancer du sein : une mammographie régulière...


Charlotte Watine Dethoor

Professionnel • 23 jan

Cancer du sein : une mammographie régulière réduit de 40 % la mortalité des femmes

Charlotte Watine Dethoor, Professionnel • 23 jan

http://www.lavenir.net/cnt/dmf20150604_00659413
Les femmes âgées de 50 à 69 ans qui effectuent des mammographies régulièrement, tous les deux ans environ, réduisent de 40% leur risque de mourir d’un cancer du sein, montre une vaste étude internationale publiée en juin 2015 aux États-Unis. «Cette analyse importante devrait, espérons-le, rassurer les femmes dans le monde sur le fait que la mammographie sauve des vies et que le dépistage du cancer du sein est un outil essentiel pour accroître des diagnostics précoces et de ce fait réduire la mortalité», commente le professeur Stephen Duffy, de l’Université Queen Mary à Londres. «il faut poursuivre les efforts de recherche sur d’autres méthodes de dépistage comme la très prometteuse tomosynthèse en 3D, une mammographie numérique qui pourrait être plus adaptée pour sonder les tissus mammaires denses», souligne le professeur Duffy. Enfin, cette étude montre que les avantages de la mammographie surpassent son impact néfaste, comme les résultats faux-positifs, le sur-diagnostic et potentiellement des cancers provoqués par les radiations de cet examen. Le cancer du sein est le plus fréquemment diagnostiqué chez les femmes dans le monde et la seconde cause de mortalité par cancer dans les pays développés. Dans les nations à moyen et bas revenus où les femmes sont le plus souvent diagnostiquées à des stades avancés de la maladie, ce cancer est la première cause de décès.

Le cancer du sein a fait 521.000 morts dans le monde en 2012.

Age du depistage


Angie

Citoyen/ne • 22 jan

Age du depistage

Angie, Citoyen/ne • 22 jan

Pn est de plus en plus nombreux touché par la pollution et donc les cancers, en plus d'une prédisposition génétique. Aussi sans obligation est ce possible d'organiser un depistaget laprise en charge pour des femmes plusrt jeune partir de 30 ans ou libre d'accès pour toutes? Merci.

Depistage oui mais....


Nenette

Citoyen/ne • 21 jan

Depistage oui mais....

Nenette, Citoyen/ne • 21 jan

Est on sûre que le stress engendré par ce suivi n est pas néfaste pour corps. Dans mon entourage, c est une grosse semaine d inquiétude avant plus le stress extrême à l attente des résultats. Toutes ces intrusions dans notre intimité ne sont pas à mon sens pas très positives.

pour le dépistage du cancer du sein


sandrine30

Citoyen/ne • 19 jan

pour le dépistage du cancer du sein

sandrine30, Citoyen/ne • 19 jan

Nous avons la chance en France de pouvoir bénéficier d'un dépistage gratuit, se serait vraiment revenir à des années en arrière que de supprimer cette chance...
Malgré toutes ces polémiques sur le sur-diagnostique, qui ne sont pas réellement fondées et reste non constructives, je dis oui au dépistage, il est important de prendre soin de nos seins....

Interrogations sur les propositions thérapeutiques suite à...


Pinon

Professionnel • 19 jan

Interrogations sur les propositions thérapeutiques suite à un résultat positif

Pinon, Professionnel • 19 jan

L'émission diffusée le 12/01 sur France 5 m'a interpellée, même si je reste favorable au dépistage organisé. Lorsque des lésions précancéreuses de bas/moyen grade sont détectées, ne pourrait-on pas proposer aux femmes concernées un suivi annuel de l'évolution de ces lésions par mammographie (qui peuvent régresser, voire disparaître) plutôt que d'envisager d'emblée une intervention chirurgicale mutilante (dont les conséquences physiques et psychologiques sont très importantes) ? Un accompagnement psychologique est-il mis en place lors de l'annonce des résultats positifs du dépistage ? Il est plus qu'indispensable.

accompagnement de la prévention


fricotte

Citoyen/ne • 13 jan

accompagnement de la prévention

fricotte, Citoyen/ne • 13 jan

le premier contact médical pour une mammographie doit être faite par des manipulateurs ou des manipulatrices compétents non seulement pour faire les clichés mais aussi et surtout pour assister la patiente dans cette première expérience pour qu'elle n'ait pas peur de revenir dans 2 ans. J'en parle en connaissance de cause ayant été accueillie moi même par une manipulatrice froide, brusque dans ses paroles comme si on devait tout savoir dès notre première mammographie.

Accompagner humainement


Ardouaisienne

Citoyen/ne • 13 jan

Accompagner humainement

Ardouaisienne, Citoyen/ne • 13 jan

Plutôt que de dépenser des sommes colossales pour le dépistage systématique ( attribution de CAPI aux médecins, courrier et forte pression médiatique), il est plus que nécessaire d'assurer un suivi humain de qualité pour accompagner les malades. L'aspect curatif en étant réactif certes mais aussi sans jugement culpabilisation ou humiliation comme j'ai pu l'entendre à maintes reprises....

pour que la mammographie effectuée en dépistage...


Vivy

Citoyen/ne • 13 jan

pour que la mammographie effectuée en dépistage systématique ne devienne pas prioritaire à celle urgemment nécessaire

Vivy, Citoyen/ne • 13 jan

Fin juillet 2015, je découvre une boule au sein, je contacte ma gynécologue à mon retour de vacances, début août.
Je lui explique la situation et elle me reçoit le lendemain.
Elle me prescrit une mammographie et une échographie, estimant qu'une biopsie est également nécessaire.
Je contacte les services de radiologie privés et publics : le rdv le plus rapide est trois semaines après, on me propose même le 10 septembre.
J'apprends qu'une bonne partie des rdv sont réservés au dépistage systématique et qu'il n'y a aucune plage d'urgence pour les tumeurs déjà détectées.
Trois semaines après, à la palpation, je découvre une deuxième tumeur qui a eu le temps de pousser dans l'intervalle (ce sera un cancer lobulaire qui ne perd pas de temps, mastectomie dans la foulée pour deux tumeurs de 7 cm et 1 cm, curage axillaire complet, et tout le reste qu'on imagine en traitement ...).
Je suis ulcérée de constater que l'on donne la priorité à des femmes qui viennent juste par précaution au détriment de celles dont une tumeur suspecte est repérée, avec tout ce que cela induit en terme d'aggravation.
Le préventif, c'est bien, quand ce n'est pas au mépris du curatif.

Mammographie et Echographie


Mary 33

Citoyen/ne • 12 jan

Mammographie et Echographie

Mary 33, Citoyen/ne • 12 jan

Juin 2010, 41 ans, visite annuelle chez ma gynéco et petite "boule" détectée, ("surement un nodule à surveiller mais pour se rassurer on fait une mammo"): rien de visible donc on fait une écho et là, verdict sans appel, tumeur de 16 mm, ponction, cancer grade II, opération, radiothérapie, hormonothérapie. Un an plus tard, même scénario chez ma maman, 65 ans, tumorectomie, cancer grade I. Surveillance annuelle, batterie d'examens classiques dans le cadre du suivi et décembre 2014, mammographie présentant des microcalcifications nombreuses le long du canal de l'autre sein: ponction pour se rassurer et nouveau verdict : cancer de grade II. Nouvelle intervention, radiothérapie, hormonothérapie et surveillance poussée pour les 5 années à venir!
Conclusion: Echographie et Mammographie nécessaires à chaque examen ! Surveillance systématique et visite chez le gynécologue primordiales : la surveillance c'est se donner une chance de guérison!

Récidive


Cathy

Citoyen/ne • 11 jan

Récidive

Cathy, Citoyen/ne • 11 jan

J'ai connu une jeune femme décédée après une récidive d'un cancer du sein. Ma soeur se trouve aujourd'hui dans la même situation : pour elle aussi les douleurs sont revenues au niveau du dos. L'information sur la récidive est pour moi aussi importante que la prévention.

Très bonne organisation


Cathy

Citoyen/ne • 9 jan

Très bonne organisation

Cathy, Citoyen/ne • 9 jan

J'ai 58 ans et j'ai fait régulièrement le dépistage. C'est toujours un moment angoissant mais indispensable. Je voudrais remercier très sincèrement toutes les équipes qui participent à ces campagnes et dire mon appréciation sur toutes les étapes de l'organisation de ce dépistage: j'ai pu prendre un rendez-vous facilement et rapidement en particulier dans le lieu de mon choix (situé dans le département voisin) sans frais, le personnel du service de radiologie était très agréable et prévenant et le résultat de la deuxième lecture m'est parvenu en moins d'un mois. Je suis consciente que tout n'est pas parfait mais nous avons tout de même la chance en France de pouvoir profiter de ce dépistage tous les deux ans, ce n'est pas rien. Il faut tout faire pour qu'un maximum de femmes puissent en profiter, même avant 50 ans. Merci à tous.

Est ce vraiment utile ?


Atcemayl

Citoyen/ne • 8 jan

Est ce vraiment utile ?

Atcemayl, Citoyen/ne • 8 jan

Depuis 10 ans déjà je participe au dépistage en me posant toujours la même question : est-ce vraiment utile de se faire cet examen quand on va régulièrement chez le gynécologue qui à chaque rendez-vous fait un contrôle façon douce alors que la mammographie est un examen très violent?
J'avais entendu dire lors d'une émission que c'était inutile de presser au maximum les soins lors d'une mammographie mais à chaque fois l'opérateur me répète que c'est indispensable car autrement cela ne sert à rien.
Qu'en est il réellement ?

vive la prévention


coco

Citoyen/ne • 8 jan

vive la prévention

coco, Citoyen/ne • 8 jan

en 1992, suite à un problème à l'utérus, début des mammographies et échographies tous les 2 ans. J'avais 34 ans. 14 ans plus tard découverte d'une petite tumeur.. , il a fallu opérer !.. adénofibrome. Ouf!! je respire... Mais 14 ans plus tard(encore!) 2 tumeurs malignes dans le sein gauche. Ablation du sein et des ganglions. Pas de radiothérapie. Ouf!! Je suis en vie! Petit ou grand cancer cela reste un cancer avec toutes les conséquences possibles. Ne faisons pas d'économies sur la prévention. Si j'avais attendu 3 ou 4 mois de plus pour faire cette mammographie je ne pense pas que je serai là à vous parler....

film pour en savoir plus


miriam

Citoyen/ne • 8 jan

film pour en savoir plus

miriam, Citoyen/ne • 8 jan

Apparemment un documentaire sur le dépistage du cancer du sein passera sur France 5 le mardi 12 janvier à 20H40... Ce sera peut-être l'occasion de faire le point.
Je l'espère. Voici le lien vers l'article de telerama
http://television.telerama.fr/tele/programmes-tv/au-nom-de-tous-les-seins,100389740.php