Toutes les contributions

 

Le recueil des contributions en ligne a été ouvert entre octobre 2015 et avril 2016, pour que chacun, citoyen-ne, professionnel-le, association, institution, puisse apporter son point de vue sur le dépistage du cancer du sein
et les évolutions souhaitées. Les contributeurs pouvaient choisir de s’exprimer de façon ouverte, ou bien en sléectionnant une des thématiques proposées.
Consultez l’analyse des contributions numériques produite par le comité d’orientation de la concertation.

Je trie les contributions

frais engagés

femmelibre du 38

Citoyen/ne • 2 nov

frais engagés

femmelibre du 38, Citoyen/ne • 2 nov

Il est faux de dire que le dépistage se fait "sans avances de frais".
Trouver un gynéco sans dépassement d'honoraires c'est chercher un diamant dans une meule de foin ; franchises sur la consultation, et les clichés complémentaires décidés éventuellement par le radiologue; et cerise sur le gateau, reconsultation payante pour "voir les résultats" ( j'ai claqué la porte !).Coût engagé pour mon dépistage GRATUIT, en 2012 :56 euros ! J'attends une organisation plus efficiente ( envoyer une prescription au lieu d'un document à faire signer par le médecin) . On ferait du même coup des économies de santé, non ?

PREVENTION VAIMENT ?

femmelibre du38

Citoyen/ne • 2 nov

PREVENTION VAIMENT ?

femmelibre du38, Citoyen/ne • 2 nov

La prévention est un tout . Mode de vie, environnement, perturbateurs endocriniens, et toxiques divers, informations contradictoires ( BPA par exemple), voire désinformations et mensonges, tout contribue à nous exposer à des substances et un environnement délétères . De multiples études montrent que le travail de nuit favorise le cancer du sein . Qui s'en soucie ? Pas la médecine préventive en tout cas . Tant que les politiques ne montreront pas de la fermeté face aux lobbies de toutes sortes , tant que notre modèle sera la " croissance " ( il est plus que temps que nos" grands hommes" comprennent que la croissance ,c'est une donnée virtuelle qui n'améliore pas la vie du vulgum, et qu'ils cessent de s'en gargariser ) et le consummérisme effréné, tant que nous n'aurons pas compris qu'un autre modèle de société est possible, en ayant le même bien-être, le même confort, mais autrement, la courbe des cancers et maladies autoimmunes montera en flèche . La prévention et les économies de court terme durent depuis 40 ans. Il est temps de réfléchir et de choisir ce que sera notre avenir et celui de nos descendants .

économies de santé

femmelibre du38

Citoyen/ne • 2 nov

économies de santé

femmelibre du38, Citoyen/ne • 2 nov

Le dépistage oblige à consulter son médecin pour faire prescrire la mammo (idem pour le cancer colorectal !). Je dois donc prendre deux RDV, en sus des visites courantes pour ma santé, si le dépistage a lieu après mes consultations annuelles . Pas très compatible avec les économies de santé, non? Sans compter que je dois payer les franchises, ou les dépassements d'honoraires. A 68 ans, je trouve de plus en plus "pesante" cette mauvaise organisation ,contre productive et dissuasive car beaucoup trop compliquée et fatigante quand on a par ailleurs des problèmes d'éloignement et/ou de mobilité.
Le fait que les médecins bénéficient de primes pour suivre les "bonnes pratiques" explique t-il ces consultations indispensables pour participer au dépistage, mais inutiles et couteuses pour la SS ?
Et je rappelle que d'autres pays européens ne pratiquent pas ces dépistages systématiques et que l'incidence et la mortalité des cancers du sein n'y est pas plus élevée que chez nous . On y évite les surdiagnostics et les cancers radio induits.

DEPISTAGE POUR CACHER LA MISERE

Patientepassatisfaitedutout

Citoyen/ne • 2 nov

DEPISTAGE POUR CACHER LA MISERE

Patientepassatisfaitedutout, Citoyen/ne • 2 nov

Tout ce bruit médiatique autour du dépistage et de ses techniques est abusif, il me semble que le budget prévu pour cela devient quasiment plus important que celui qui doit servir à accompagner correctement les patients après un cancer, pendant les cinq premières années suivant le traitement. Pour éviter les récidives, il est impératif que des examens d'extension soient enfin prescrits par les oncologues; le suivi actuel est un leurre avec une mammographie par an et rien d'autre ! C'est finalement un grand gaspillage de soigner des patients qui récidivent par négligence d'un suivi sérieux;il n'y a en fait que les laboratoires pharmaceutiques qui y trouvent leur compte ...

Quel est l'intérêt du dépistage si...

perplexe

Citoyen/ne • 1 nov

Quel est l'intérêt du dépistage si...

perplexe, Citoyen/ne • 1 nov

Quel est l'intérêt du dépistage si on ne fait aucune prévention à côté ? Dans 20 ans le nombre de cas de cancers du sein aura augmenté, nous aurons toujours plus de femmes malades, plus de cancers détectés et plus de traitement, qui n'auront probablement pas beaucoup évolué...Les dernières études tendent toutes à confirmer le mode de vie et les facteurs environnementaux comme facteurs de risque du cancer du sein. De 20 à 30 % des cancers (toutes localisations confondues) seraient évitables..Alors pourquoi dépenser son temps et son énergie à vouloir à tout prix détecter des cancers si rien n'est fait pour les prévenir ? Cela n'a aucun sens, je n'y vois à que des enjeux financiers. Par ailleurs l'accent est mis sur les cancers féminins mais les hommes ne sont soumis à aucun dépistage automatique ! Pourquoi ? Là encore je vois que la femme est une cible facile. En jouant sur la peur, l'atteinte à la féminité on culpabilise les femmes ne participant pas aux dépistages. On sait que les hommes ne seraient pas aussi naïfs, aussi on les laisse tranquille. Tout cela est très ennuyeux...On a l'impression que les femmes ne sont plus responsables de leur santé, ni de leurs choix, ni de leur intimité ! Rendez nous notre liberté de choisir !

Attention à l hyper medicalisation

Kateĺ

Citoyen/ne • 1 nov

Attention à l hyper medicalisation

Kateĺ, Citoyen/ne • 1 nov

J ai 40 ans et mon corps n a déjà plus de secret pour les médecins. Il est devenu l' objet de différents examens au fil du temps et ne constitue plus du tout un outil de plaisir.
Mon intimité est examinée,tatee, testée,touchée sans jamais se preoccuper de ce que je peux ressentir et au prix de beaucoup d angoisses.
Je comprends que certaines femmes ne fassent pas tous les examens de dépistage. On vous souhaite vos 40 ans avec les mammographies et autres échographies. On vous souhaite vos 50 ans avec de nouveaux examens.
Ma grand mère est décédée à plus de 90 ans sans jamais avoir connu tout cela et je pense qu elle était beaucoup plus heureuse et moins angoissée que moi!
La médecine d aujourd hui nous angoisse au nom de la prévention mais quel est le prix de tout ce stress et toutes ces violations repetitives de nos corps?!

CACHEZ MOI CE CRANE

cie des ronds dans l'eau

Association • 1 nov • 1

CACHEZ MOI CE CRANE

cie des ronds dans l'eau, Association • 1 nov • 1

En novembre 2013 à 46 ans, mon médecin traitant m'a découvert un cancer bi-latéral du sein au cours d'une palpation.
J'avais eu rendez vous deux mois auparavant pour changer un stérilet avec un Gynécologue d'une Clinique de la Banlieue rennaise très prisée. J'avais été surprise qu'il ne me fasse pas la palpation mais n'avait rien dit, choisissant malgré tout de faire confiance.
Comédienne, j'ai décidé de faire un projet artistique de ce cancer du sein : un monologue intitulé : CACHEZ MOI CE CRANE et une exposition photographique et récits de vie avec une plasticienne metteuse en scène : JOURNAL D'UN CORPS A L'ÉPREUVE DE LA VÉRITE

Ce spectacle est loin du pathos, a pour but de dédramatiser le cancer et propose une discussion systématique à l'issue des représentations. Ces échanges ont permis des conversations riches entre soignants et soignés et les proches autour du dépistage, l'annonce aux proches, le parcours de soin, la prise en charge des soignants etc
https://cachezmoicecrane.wordpress.com/photos-2/videos/

les hommes aussi

Marie Christine

Citoyen/ne • 31 oct

les hommes aussi

Marie Christine, Citoyen/ne • 31 oct

Il faudrait mettre en place aussi un contrôle systématique pour les hommes. Mon mari est atteint d'un cancer du sein stade 1 .... on ne savait pas que celà existait. Il faut faire passer l'information . Merci .

mammographie et handicap

virginie

Professionnel • 30 oct

mammographie et handicap

virginie, Professionnel • 30 oct

Devant un phénomène extra ordinaire, je suis bouche bée ... ais je raté quelque chose ?
Je suis à Toulouse, j'accompagne une dame de 52 ans, je viens de raccrocher avec le service de radio mamo de l’hôpital, : "si madame ne lève pas elle ne pourra pas faire de mammographie" ... oui oui c'est vrai.
Ne sommes nous pas à l'heure et dans une ville à la pointe ?
Pas de bras .. pas de chocolat ?
Je vous remercie de m'éclairer parce que je suis " dépiter " et très en colère.

attention aux démunies

vf

Professionnel • 30 oct

attention aux démunies

vf, Professionnel • 30 oct

plusieurs femmes de la communauté des gens du voyage ont été prises en charge lors de l'apparition des douleurs liées aux métastases osseuses, par défaut d'information "culturelle", alors que leur suivi médical est complexe, même lorsque la famille est sédentarisée, d'autant qu'elles ne savent pas ou mal lire ; les campagnes de dépistage à venir, pourront elles utiliser la forme graphique et non les seuls mots pour inciter à un examen ne serait ce que clinique des seins ?

examen clinique

marie-france

Citoyen/ne • 30 oct

examen clinique

marie-france, Citoyen/ne • 30 oct

Je pense qu'il serait bon que les femmes voient régulièrement leur médecin traitant pour un examen clinique , une palpation, un interrogatoire sans attendre l'âge du dépistage par mammographie, puisque de nombreux cancers apparaissent bien avant
Tout le monde ne va pas voir un gynécologue mais tout le monde a un médecin traitant

médecins généralistes

LNDEBRIO

Citoyen/ne • 30 oct

médecins généralistes

LNDEBRIO, Citoyen/ne • 30 oct

Chaque généraliste devrait veiller à ce que toutes les patientes qu'il suit consultent régulièrement un gynécologue ou assurer eux-mêmes ce suivi.

Je suis pour un dépistage plus précoce...

vero

Citoyen/ne • 30 oct

Je suis pour un dépistage plus précoce...

vero, Citoyen/ne • 30 oct

Je suis pour un dépistage plus précoce : avant 50 ans. A partir de 40 ou 45 ans avec un délai de + de 2 ans, de 3 ou 4 ans d'intervalles. Cet avis est sur une simple constatation, en prenant compte toutes mes connaissances féminines, un grand nombre de femmes ont eu un cancer du sein bien avant 50 ans (justement dans la tranche des 40/50). De plus la diminution des praticiens gynécologues étant à la baisse on risque de passer à côté d'un dépistage et d'une prévention précoce. Sur simple sondage autour de moi, nous sommes nombreuses à être réticentes à une consultation par le médecin traitant.

témoignage

katydubuis

Citoyen/ne • 29 oct

témoignage

katydubuis, Citoyen/ne • 29 oct

J'ai vécu cette annonce avec beaucoup de légéreté car les médecins que j'ai rencontré ne m'ont rien caché sur le traitement et les conséquences; c'est dans le cadre d'une mammo de dépistage que l'on m'a découvert ce cancer qui fut pris très précocément. La peur de la récidive est toutefois toujours présente

Prise en charge 2eme génération Filles DES...

nathy75

Citoyen/ne • 29 oct

Prise en charge 2eme génération Filles DES exposées in utéro

nathy75, Citoyen/ne • 29 oct

Bonjour,
Le suivi de la 2eme génération demande un suivi gynécologique annuel (examen clinique des seins, examen gynécologique voire colposcopie) ainsi que mammographie/echographie mammaires (risque de cancer multiplié par 2, semblable à celui d'une femme dont une parente au premier degré (mère, soeur ou fille) a eu un cancer du sein).
Cette 2ème génération DES fait elle partie des "femmes les plus exposées" (dont la prise en charge à 100% des examens de dépistage est prévu) ?
Ne pourrait on pas envisager aussi une prise en charge du suivi gynécologique annuel nécessaire pour cette 2eme generation DES ?

avant-après

BETHENCOURT C

Citoyen/ne • 29 oct

avant-après

BETHENCOURT C, Citoyen/ne • 29 oct

je suis atteinte d'un cancer des seins, découvert par hasard lors d'une consultation pour mes traitements d'allergie, et à ma demande (c'est arrivé à la femme d'un collègue de mon mari, elle avait 43 ans-c'est ce qui m'a marqué et c'est pourquoi j'ai parlé de la mammo).
je vais avoir 47 ans au mois de novembre 2015 et on m'a fait passer une mammo en mai 2015 et si je n'avais pas demandé un examen je ne saurai toujours rien : pour mon médecin, la mammo c'est 50 ans : j'ai toujours dit à celui-ci que ma gd-mère et la soeur de ma gd-mère en avait eu un : la mammo c'est 50 ans! je trouve bien dommage que l'on mette des barrières : avant 50 ans : pas de cancer - après 74 ans plus de cancer : est-ce qu'on est protégé avant et après???on fait abstraction de tout ce qui peut arriver avant et après, je l'ai appris à mes dépends : chimiothérapie, chirurgie, radiothérapie et hormonothérapie avec tous les effets secondaires liés à ces traitements.
j'enrage de voir ces raisonnements
c'est peut être pour cette raison que nous avons un taux élevé de mortalité dû au cancer dans notre pays
le dépistage c'est bien mais pour tout le monde - c'est un peu utopiste, ça coûterait trop cher à la sécu

vive le dépistage

petra5494

Citoyen/ne • 29 oct

vive le dépistage

petra5494, Citoyen/ne • 29 oct

bonjour, sans le dépistage, j'aurais déjà perdu ma mère depuis très longtemps. Lors d'un dépistage, un cancer sur le sein gauche gros comme une pièce de 5 francs a été découvert. Elle a été soignée au CHU de Nancy , elle a souffert, mais elle a été guérie. Elle vie depuis 1993 avec un sein un peu abîmé mais elle vie. JE suis pour le dépistage.

Cancer du sein dépisté et traité en...

Veebee

Citoyen/ne • 28 oct

Cancer du sein dépisté et traité en 2012/2013

Veebee, Citoyen/ne • 28 oct

Cancer du sein triple négatif non dépisté mais constaté par mes soins (boule au sein) en 2012 à 44 ans et donc déjà bien implanté et agressif au départ du traitement donc chirurgie, chimiothérapie et radiothérapie qui m'ont laissée généralement diminuée, fatiguée etc bien que 2 années se soient écoulées.
Je trouve dommage qu'aucune mammographie/échographie ne m'ait été prescrite auparavant par mon gynécologue, bien qu'ayant été suivie de manière suivie pour des problèmes d'endométriose ayant nécessité la prise d'hormones depuis des années.
Franchement, dans mon esprit, le cancer du sein c'était après 50 ans. Depuis j'ai appris que c'est loin d'être le cas. Aussi je trouve dommage que le dépistage du cancer du sein ne se fasse pas plus tôt et ce de manière systématique.
Question d'économies par les systèmes d'assurance maladie je suppose...

dépistage automatique

mère 25

Citoyen/ne • 28 oct

dépistage automatique

mère 25, Citoyen/ne • 28 oct

bonjour lorsqu un parent ou tante a eu un cancer du sein le dépistage devrait être automatique pour la génération suivante.

Putain de maladie

STOP CANCER

Citoyen/ne • 28 oct

Putain de maladie

STOP CANCER, Citoyen/ne • 28 oct

Parce qu'aujourd'hui, cette maladie touche, tue encore trop de femmes à l'heure actuelle. Parce que ne rien faire serait lui laisser gagner du terrain. Ces dernières années, il y a eu beaucoup de progrès dans le dépistage... il faut continuer ! Maintenant, il est important de faire évoluer les choses... Malheureusement, cette vicieuse maladie n'a pas de limite d'âge elle touche aussi de jeunes femmes. Il serait intéressant de dépister plus jeune et de sensibiliser ce public... qui se sent peut être à l'abri... et pourtant, ça n'arrive pas qu'aux autres.... Bien sûre, sans moyen (financier, humain) rien ne pourra avancer.... Merci au gouvernement de prendre leurs responsabilités... Vaut mieux prévenir que guérir !